Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Premier canyon. Défilé de Gaitanejo

Premier canyon. Défilé de Gaitanejo

Après avoir franchi un court tronçon de piste de terre et le tourniquet d’entrée du Caminito, nous arrivons dans le premier des deux grands défilés du parcours, celui de Gaitanejo. La première passerelle va nous guider le long d’un défilé de moins de 10 mètres de large. Sur cette partie du trajet, nous trouverons :

  • Le belvédère, les plaques commémoratives et la première passerelle de bois
  • Les Marmitas ou Cambutas
  • Les vestiges de l’ancien système d’électrification (isolateurs et contrefiches).

 

Belvédère circulaire, plaques commémoratives et premières passerelles de bois (point 0 m jusqu’au tourniquet d’entrée)

Quelques mètres plus loin, vous trouverez un panneau d’informations « Historia del Caminito del Rey », le tourniquet permettant l’accès aux premières passerelles et l’entrée à l’un des deux grands défilés, ou canyons, du parcours. Vous observerez qu’il est très étroit (à peine 10 m d’une paroi à l’autre), haut et profond. L’impact causé dès les premiers instants par l’observation de ces hautes parois calcaires est énorme, et ce n’est que le début d’une longue série de surprises. Le trajet commence par un petit belvédère circulaire et un élargissement où les plaques commémoratives sont clouées à la roche, avec en dessous les escaliers à pic qui descendent presque jusqu’à la rivière. Un peu plus loin, vous parviendrez aux passerelles en bois, dont les planches qui revêtent le sol - de 15 cm de large et 5 cm de profondeur – ont été découpées exactement à la longueur de l’emplacement qu’elles devaient occuper et présentent un marquage tous les 50 m indiquant la distance parcourue. 19 939 m de bois, 29 725 vis et 3075 ferrures ou boulons ont été nécessaires pour la réalisation des travaux de reconstruction, qui ont duré moins d’un an.

Savez-vous que la date de la plaque d’inauguration du Caminito est erronée ? La plaque de marbre nous informe que « le nouveau Caminito del Rey fut inauguré le 26 mars 2015... », alors qu’en réalité l’événement se produisit deux jours plus tard, le 28. Cette différence est due à un accident aérien de la compagnie Germanwings qui réalisait le trajet Barcelone-Düsseldorf avec 150 passagers à bord. Ils trouvèrent tous la mort et trois jours de deuil officiels furent décrétés, ce qui impliquait l’interdiction des actes publics. La plaque étant déjà terminée, elle resta en l’état. Au-dessus de celle-ci se trouve une autre plaque datant de 1921, en souvenir de l’ingénieur Rafael Benjumea y Burín, comte de Guadalhorce, auteur de ces travaux.

Les passerelles actuelles sont les troisièmes ayant été faites au fil du temps. Les premières furent construites en vue de la maintenance du canal et permirent un accès rapide par l’intérieur du premier canyon. Elles étaient constituée d’une armature en fer encastrée dans la roche soutenant d’épaisses planches d’où émergeaient des contrefiches auxquelles était accrochée une corde qui servait de main courante. Elles furent utilisées dans ce canyon jusqu’à ce qu’une inondation les détruise, puis remplacées  en 1920 par une autre série de passerelles situées plus en hauteur et dénommées Los Balconcillos faites de rails de chemin de fer (corbeaux et contrefiches) encastrées dans les parois à l’aide de vis papillon, soutenant un entrevous de brique et de ciment. Finalement, elles comportaient une dalle en béton, des pilastres avec des tubes de rampe et un tirant en forme d’arc.

Torno. Puerta Norte. Panel Inforamativo. Caminito del Rey. Ardales

 

Les Marmitas ou Cambutas (50 m parcourus)

L’un des aspects les plus spectaculaires du défilé ou canyon de Gaitanejo sont sans aucun doute les formes créées par l’action de l’érosion. Le meilleur exemple est un ensemble de petites cavités naturelles appelés Marmitas ou Cambutas qui sont accrochées aux parois ou se forment au fond du défilé par le processus d’érosion conjointe de l’eau de la rivière et des roches, dans une dissolution continue du calcaire. Ces cambutas sont particulièrement nombreuses et frappantes sur les deux premiers canyons, celui de Gaitanejo et celui du Tajo de las Palomas. Vous trouverez au milieu du défilé un endroit stratégique où vous arrêter quelques instants, là où l’étroite passerelle s’élargit pour former un demi-cercle avec une rambarde, tel un petit belvédère, qui vous permettra de regarder vers le bas sans aucun danger.

Rappelons que le cours d’eau est la ligne de démarcation entre les communes d’Antequera (parois côté voie ferrée) et d’Ardales (parois côté Caminito del Rey) tout au long du parcours dans les canyons et les défilés.

Nous pourrons observer ici ce qui reste de la deuxième passerelle construite avec des rails de chemin de fer et du ciment. En levant les yeux, vous pourrez également voir les restes de l’ancien réseau électrique qui unissait El Chorro et le barrage Conde de Guadalhorce.

El Caminito del Rey: Restauración

 

Les restes de l’ancienne électrification (isolateurs) et les contrefiches (100 m parcourus)

En continuant votre chemin sur la passerelle, pensez aussi à observer, au-dessus de vos têtes, les ancrages en fer en forme de « U », utilisés autrefois pour le câblage des passerelles qui permettait leur illumination nocturne. Certains conservent encore leur élément d’isolation, des isolateurs en verre, ou en porcelaine sur les passerelles suspendues de la fin du trajet. Vous aurez aussi certainement été surpris par les fixations de fer dans la roche, qui sont les contrefiches de l’ancienne passerelle, montant depuis les pilastres de la rambarde puis se recourbant pour s’enfoncer dans la paroi. La succession de ces ancrages, que vous ne verrez plus sur le reste du parcours, rappelle les balcons filants malaguènes, typiques de la fin du XVIIIe siècle. Certains pensent que cet élément de fixation fut un petit clin d’œil de Rafael Benjumea, si enclin à parachever ses œuvres avec de délicats détails architecturaux.

À la fin de ce premier canyon, avant d’arriver au Lugar del Soto, vous pouvez observer sous les actuelles passerelles les restes de la première structure métallique qui fut utilisée pour les travaux du canal (poutres en fer, grosses planches et cordes), et remplacée après une inondation par une autre passerelle plus élevée, Los Balconcillos, qui sera rebaptisée Caminito del Rey, après la visite du monarque. Cette deuxième structure fut réalisée en fer, en brique et en ciment. Ce dernier matériau a également été utilisé lors de la réhabilitation pour la pente qui relie les deux premiers tronçons de passerelles.

Vestigios del antiguo tendido eléctrico. Jícaras Desfiladero de Gaitanejo