Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

La centrale hydroélectrique d’el Chorro

La centrale hydroélectrique d’el Chorro

Les Loring

Familia Heredia Loring2Au cours de la construction de la ligne de chemin de fer Cordoue-Malaga en 1866, la famille Loring avait déjà détecté la possible utilisation hydroélectrique du fleuve Guadalhorce à son passage par le défilé des Gaitanes. Lorsqu’ils furent prêts à commencer leur entreprise, Jorge Loring Heredia en sollicita la concession pour mener à bien le projet signé par l’ingénieur des ponts et chaussées Leopoldo Werner.

Il s’agissait d’un rapport qui proposait d’utiliser le dénivelé de 100 mètres de hauteur du Guadalhorce, entre la zone de Gaitanejo et le défilé des Gaitanes, pour créer une centrale hydraulique et produire de l’énergie électrique. Jorge Loring Heredia obtint la concession de l’exploitation de la chute d’eau par décret royal du 24 novembre 1902, bien que les travaux n’auront finalement pas lieu, en raison de leurs conséquences sur les voies de chemin de fer déjà en place. 

Benjumea, Silvela et Loring : les travaux

Rafael Benjumea reprit le projet et, dans le but d’obtenir des soutiens économiques, il fonda la Sociedad Hidroeléctrica del Chorro le 26 juillet 1903, avec Francisco Silvela de Le Vielleuze et José Loring Heredia. L’entreprise restait familiale dans la mesure où la belle-mère de Rafael Benjumea et l’épouse de Francisco Silvela étaient sœurs, appartenant à la prestigieuse famille Heredia Loring. Le capital de la fondation fut fixé à deux millions vingt-cinq mille pesetas et son siège établi à Madrid.

El Chorro, la Central Hidroeléctrica y el río GuadalhorceLes travaux de construction commencèrent la même année, supervisés directement par l’ingénieur des ponts et chaussées Rafael Benjumea, l’âme du projet, qui conciliait à l’époque son travail dans les bureaux de Malaga et l’assistance technique à la construction de la centrale in situ. Ce travail, à une époque où les communications entre la capitale et le lieu choisi pour édifier la centrale étaient si précaires, représentait de longs et fréquents déplacements.

Toutes les installations qui constituaient la centrale hydroélectrique d’El Chorro furent terminées en 1905 et commencèrent à fonctionner à partir de 1906, offrant dès le début un service satisfaisant. Dans un premier temps, la Compañía Hidroeléctrica del Chorro choisit de signer des contrats avec de gros clients et des revendeurs au lieu de mettre en place son propre réseau de distribution. Parmi ses premiers clients on peut citer la Siemens Electricische Betribe, appelée populairement « l’allemande », la Compañía inglesa de Luz Eléctrica, connue sous le nom de « l’anglaise », la société Constructora del Ferrocarril Málaga-Torre del Mar et la Compañía Belga de Tranvías. Les investissements de l’entreprise furent rapidement amortis dans la mesure où la demande surpassa en un rien de temps la production.

Deux accidents entraînant des implications personnelles

Pourtant, peu après sa mise en marche, la centrale subit deux catastrophes. Le 24 septembre 1907, une pluie torrentielle fit déborder un ruisseau proche de la centrale, occasionnant une inondation qui entraina de graves dégâts. Lorsque, le 13 octobre 1908, le service allait enfin reprendre, l’un des transformateurs de la centrale, dont l’huile avait séchée, prit feu. Les dommages furent bien supérieurs à ceux du premier accident car la société ne put honorer les contrats de distribution électrique préalablement signés. La compagnie électrique anglaise cessa d’être approvisionnée et les autres clients virent leur consommation restreinte. Malgré la signature d’un contrat avec l’entreprise Mather and Platt pour obtenir une centrale de réserve cette option ne put être exécutée et la compagnie, au pied du mur, alla jusqu’à demander à The Malaga Electricity de faire une proposition de rachat de la centrale hydroélectrique d’El Chorro.Riada de 1941. Pantano del Chorro

Les travaux d’El Chorro avaient été trop coûteux. Pour faire face aux frais nécessaires à la bonne marche de l’entreprise et à la réparation des dégâts causés par les deux accidents, Rafael Benjumea fut obligé d’aliéner une à une toutes les propriétés de campagne héritées de son père, mais également d’accepter une aide économique de plus en plus importante de la part de sa belle-famille. Afin de procéder à l’achat de nouvelles machines et de réparer les dommages causés par les grandes catastrophes de 1907 et 1908, la famille Loring dut, en particulier, hypothéquer son bien le plus cher, la splendide propriété de la Concepción où les Benjumea Heredia séjournaient de temps en temps. 

La centrale hydroélectrique reprend du service

La propriété dut être vendue, mais grâce au soutien inconditionnel des actionnaires et de la famille, une fois les revers économiques surmontés, la centrale fut remise en état de marche et produisit les bénéfices suffisants pour envisager la possibilité de construire un nouveau barrage de régulation -plus tard connu sous le nom de barrage d’El Chorro- dans le but de venir à bout des graves problèmes d’instabilité électrique de la centrale d’El Chorro.Hidroelectrica del Chorro

La centrale hydroélectrique d’El Chorro commença peu à peu à obtenir des bénéfices, ce qui lui permit non seulement d’approvisionner en haute tension les grandes industries et les distributeurs, mais également d’offrir progressivement d’autres prestations, et en particulier de reprendre les services d’approvisionnement de la capitale malaguène détenus par les deux entreprises étrangères qui produisaient de l’électricité avec des machines à vapeur. Cette croissance lui donna les moyens d’acquérir par la suite l’entreprise de tramways de Malaga, dont la concession appartenait à une firme belge. C’est ainsi que fut réalisé l’objectif politique de nationaliser l’approvisionnement de l’électricité dans la capitale andalouse, berceau de cette première réussite de Benjumea.