Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Le chemin de fer et le Caminito del Rey

Le chemin de fer et le Caminito del Rey

La connexion Malaga-Cordoue

Les premières initiatives pour la construction d’une ligne de chemin de fer connectant Cordoue à Malaga débutent au milieu des années 1940, puis viendra la création, en 1851, d’une commission pour les travaux préliminaires, à laquelle participèrent Jorge Loring, Martín Larios, Joaquín Ferrer, José Hernández Varela et Enrique de Sandoval, notables de la société malaguène.
C’est seulement à partir de la promulgation de la loi du chemin de fer de 1855, la concession de l’exploitation à Jorge Loring en 1859 et la constitution d’une société à capital variable à laquelle participèrent la haute bourgeoisie de Malaga, les mairies impliquées dans le tracé et des capitaux français, catalans et anglais, que purent commencer les travaux en mars 1860. En 1866, la construction de la ligne ferroviaire Malaga-Cordoue s’achève, reliant ainsi les riches campagnes de l’intérieur et les réserves de charbon des mines de Belmez et Espiel avec la ville méditerranéenne de Malaga et les fabriques de « La Constancia » de la famille Loring.

Historia del ferrocarril en Málaga17

Cette ligne parcourait un total de 192 kilomètres à travers des terres fertiles peuplées d’oliviers, de champs de labour et de prairies. Sur ce trajet furent construits 17 tunnels, 8 viaducs et 18 ponts qui traversaient des communes d’une grande importance comme Fernán Núñez, Montilla, Aguilar de la Frontera et Puente Genil dans la province de Cordoue et, dans celle de Malaga, Bobadilla, Gobantes, El Chorro, las Mellizas, Álora, Pizarra, Cártama, Los Remedios et Campanillas. Une grande partie des tunnels, des ponts et des viaducs durent être édifiés précisément dans le défilé des Gaitanes, où les travaux se heurtèrent à un certain nombre de difficultés en raison du terrain accidenté qui rendait complexe le passage d’une simple monture. À cet endroit, le train parcourt la rive gauche du Guadalhorce, traversant le défilé pratiquement à la même hauteur que le Caminito del Rey.

Développement des petites localités

À partir de la construction de la voie de chemin de fer Cordoue-Malaga, les communes proches du défilé prirent un nouvel essor, en particulier le village d’El Chorro, qui sortit de son isolement grâce à l’établissement de l’une des haltes de la ligne de chemin de fer sur la commune.Estación del Chorro

L’arrivée du train, au milieu du XIXe siècle, stimula fortement le développement d’une région restée en léthargie et éloignée de l’activité économique du pays, en grande partie en raison de son orographie complexe. Ses habitants, spécialisés presque intégralement dans l’agriculture vivrière et la garde de troupeaux, observèrent comment ces étranges « chemins de fer » ouvraient de nouvelles perspectives de futur sur leur propre territoire, en leur permettant une meilleure communication avec l’extérieur.