Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

La réhabilitation du Caminito del Rey récompensée lors de la XIIIe Biennale espagnole d’architecture et d’urbanisme

Actualité

La réhabilitation du Caminito del Rey récompensée lors de la XIIIe Biennale espagnole d’architecture et d’urbanisme

Il sera l’un des 15 projets qui représenteront l’Espagne dans un autre concours latino-américain

Le projet de réhabilitation du Caminito del Rey mené à bien par le conseil provincial de Malaga a été récompensé lors de la XIIIe Biennale espagnole d’architecture et d’urbanisme, dans la catégorie « Urbanisme : paysage et ville ». Il s’agit d’un prix des professionnels de l’architecture de très grande importance à l’échelle nationale, organisé par le ministère des Travaux publics par le biais de la direction générale de l’Architecture, de l’Habitat et des Terrains, en collaboration avec le Conseil Supérieur des Ordres d’Architectes d’Espagne (CSCAE), la fondation Caisse d’Architectes (Arquia Banca) et l’Union des Groupements d’Architectes Urbanistes.

Cette récompense arrive juste avant le premier anniversaire de la réouverture du Caminito, après sa réhabilitation, qui aura lieu le 28 mars prochain. En plus de ce prix pour le projet exécuté, le Conseil des ministres a concédé, fin 2015, la plaque au Mérite Touristique des destinations émergentes, une récompense reçue au mois de janvier dernier par le président du conseil provincial, Elías Bendodo.
Parmi les 450 propositions présentées lors de la Biennale espagnole d’architecture et d’urbanisme, la réhabilitation du Caminito del Rey a été l’un des 22 projets récompensés. Il sera en outre l’un des 15 projets présentés par l’Espagne lors de la Biennale latino-américaine d’architecture et d’urbanisme.

Ce projet a séduit le jury car il est le reflet d’attitudes différentes face à l’intervention sur le patrimoine et le paysage qui offrent des solutions innovantes et de qualité, et parce qu’il constitue une plus-value qui améliore le paysage environnant « avec des propositions en accord avec les problématiques et les ressources disponibles, avec la capacité de devenir des modèles d’un contexte et des témoignages de leur temps ».

L’auteur du projet, l’architecte Luis Machuca, chef de service de l’Architecture et de la Planification du conseil provincial de Malaga, s’est réjoui de la nouvelle et a ajouté que cette récompense « est importante pour moi, pour l’institution, pour le service et pour les architectes de Malaga ». Il a d’ailleurs souligné l’importance de disposer d’une équipe de travail pluridisciplinaire, ainsi que du soutien de l’équipe de gouvernement du conseil provincial et de l’intervention de l’entreprise constructrice, Sando.

Parmi les collaborateurs du projet figurent María Luisa Escudier, architecte ; Manuel José Rodríguez, architecte ; Borja Peñalosa, architecte ; Amor Olveira, conseillère juridique ; Encarna León, géographe ; Aurora Quesada, biologiste ; Carlos Vasserot, économiste ; José Luis Escolano, ingénieur des ponts et chaussées ; José Ángel Mata, technicien supérieur industriel ; José Luis Juanas, technicien supérieur et Juan Schwarzmann, ingénieur structures.

Actions réalisées

Pour la réhabilitation du Caminito del Rey il a été nécessaire de faire confluer le projet environnemental, le projet d’urbanisation et d’aménagement du territoire (Plan Spécial du Caminito del Rey et des alentours) et le projet technique d’exécution relatif à la construction des passerelles, de la cabine de contrôle et des centres d’accueil des visiteurs.

La longueur du Caminito est de 7,7 km, divisés en 4,8 km de chemins de terre et d’accès et 1,9 km de passerelles accrochées aux parois verticales des gorges, la partie la plus célèbre du circuit et pour laquelle il est connu. Ces passerelles sont situées par endroit à plus de 100 mètres au-dessus du fleuve Guadalhorce.

La réhabilitation du chemin n’est pas importante uniquement en tant qu’attraction touristique mais également car elle représente la revendication de l’histoire et du patrimoine de la zone des Gaitanes. L’objectif du projet a été atteint grâce à l’utilisation d’un système de construction en mimétisme avec l’escarpe et s’adaptant à la topographie verticale tel un être vivant qui s’adhérerait à la roche, acquérant par conséquent un caractère organique.

Le projet du Caminito del Rey constitue en quelque sorte la première partie du Plan Spécial dont le but est de garantir les phases suivantes pour que l’impact humain ne détériore pas le site, mais au contraire qu’il contribue à la croissance économique et à l’amélioration du niveau de vie dans la région. Il s’agit d’un lieu d’une incontestable valeur paysagère, anthropologique, archéologique et d’une importance toute particulière en raison de sa faune, de sa flore et de ses caractéristiques géologiques singulières, qui, il n’y a encore pas si longtemps, était réservé uniquement aux amoureux des sports de risque.

La conservation de l’ancienne infrastructure, qui a été maintenue comme archéologie industrielle et le système de construction des nouvelles passerelles, respectueuses de l’environnement afin de minimiser leur impact, est ce qui confère à ce lieu la dignité qui fait de lui un site exceptionnel.