Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Huit entreprises présentent une offre pour la nouvelle gestion du Caminito del Rey

Actualité

Huit entreprises présentent une offre pour la nouvelle gestion du Caminito del Rey

Le contenu des propositions, qui seront analysées au cours des prochaines semaines, sera connu dans quelques jours

Huit entreprises, dont certaines participent sous forme d’union temporaire d’entreprises (utes), ont présenté une offre pour la nouvelle gestion du Caminito del Rey. Dans quelques jours, une fois terminé le délai de présentation, les propositions seront ouvertes puis analysées et évaluées au cours des prochaines semaines.

Les huit offres présentées sont les suivantes : UTE Culmatur-Solisol, d’Antequera ; Leisure Parks, Grupo Parques Reunidos, de Madrid ; José Javier Calle Rodríguez, de Malaga ; Construcciones Sánchez Domínguez-Sando, S.A., de Malaga ; Campano Área de Servicio, S.L., d’Ardales ; UTE Hermanos Campano, S.L.-Bobastro 2000, S.L., d’Ardales ; UTE Actua Infraestructuras, S.L.-Autobuses Paco Pepe S.L.-Central de Reservas Costa del Sol, S.L., de Malaga et Asistencia, Organización y Servicios, S.A. (AOSSA), de Séville.

La commission d’appel d’offres, formée par des fonctionnaires du conseil provincial de Malaga, évaluera les propositions et disposera d’un délai maximum de deux mois pour conclure son étude et pour l’attribution de la gestion du Caminito del Rey à l’une des entreprises soumissionnaires.

Critères d’évaluation économique

Le cahier des charges de régulation économique et administrative de la concession domaniale d’utilisation du Caminito del Rey fixe le paiement d’une redevance annuelle minimum de 75 000 euros au conseil provincial de Malaga, une somme qui sera réinvestie dans le site et ses alentours.

Le cahier des charges établit également qu’au moins 9 % des recettes provenant des entrées devra être destiné à la maintenance du Caminito.

Ces derniers points, la redevance et le pourcentage destiné à la maintenance, seront les deux critères d’évaluation quantifiables des propositions présentées. La solvabilité économique et financière des entreprises candidates sera également prise en compte (chiffre d’affaires annuel égal ou supérieur à 750 000 euros) ainsi que leur solvabilité technique.

Nouveau modèle de gestion

Dans ce nouveau modèle de gestion du Caminito del Rey, l’entrée ne sera plus gratuite (comme c’est le cas actuellement) et un prix maximum de 8,2645 euros a été établi ; un montant auquel il faudra ajouter la TVA en vigueur en fonction du moment. Actuellement, la TVA s’appliquant à ces entrées étant de 21 %, le prix final ne dépassera pas les 10 euros.

De même, le nombre limite de visiteurs prévu à l’année sera de 300 000, avec un maximum de 1 100 personnes par jour, afin de préserver cet important site naturel.

Le cahier des charges détermine également divers aspects dont le but est de garantir l’usage adéquat du Caminito par l’entreprise concessionnaire, qui est obligée d’utiliser l’installation exclusivement pour la finalité précédemment citée, rendant impossible tout autre type de prestation future dans son enceinte d’autres services ou activités complémentaires que ceux et celles objets de la concession.

En outre, la société gérante ne pourra, en aucun cas, céder, sous-louer, transférer, aliéner ou taxer la concession domaniale sous quelque modalité ou titre que ce soit.

Le concessionnaire devra également entretenir l’installation et la conserver en parfait état de marche, de propreté et de salubrité, pendant toute la durée de la concession. L’ensemble des réparations majeures et mineures, ordinaires et extraordinaires, nécessaires à la maintenance de l’installation dans des conditions parfaites d’utilisation et de fonctionnement lui incomberont également.